Joystick : le blog officiel

Next !

Posté le 21/10/2010 à 14:19 dans la rubrique Tiz



Désolé pour PeauVerte ^^ (voir forum) mais voici le menu du prochain numéro !

Couv : Savonfou est parti chez BioWare pour essayer The Old Republic !
Focus : 8 pages sur Final Fantasy XIV, décrypté par notre ami Lucky.
Betas : Call of Duty Black Ops, Homefront, FM Manager...
Tests : Fallout New Vegas, Dead Rising 2, Lara Croft and the Guardian of Light, Medal of Honor, Gothic 4...
Rezo : Age of Empires Online, Try Again R.U.S.E., Au Secours Civilization V...
Dossier : Où sont passés les grandes gueules du jeu vidéo ?
Jeu complet : S.T.A.L.K.E.R. !

Bonne lecture -_-;; (smiley chinois de ouf)


PS : Le nouveau podcast (avec nouveau jingle) arrive en début de semaine prochaine.

55 commentaire(s) / Lire la suite

Numéro 235 !

Posté le 27/09/2010 à 14:42 dans la rubrique Tiz



Le numéro 235 issss cominnnggggg ! Auw progrwame :

- En couv : 8 pages sur Guild Wars 2. Notre Lucky national a joué toute une journée et ça poutre le chat sauvage.
- Dossier : Les jeux qui vont poutrer les chats sauvages en 2011, suite à la Gamescom de cette charmante ville de Cologne.
- Focus Test Civilization V, un jeu qui poutre du chat sauvage, décrypté en 8 pages par Savonfou.
- Betas : Medal of Honor (un gros premier verdict, il faut bien le dire), Brink, Gothic 4...
- Tests : Drakensang 2, Darksiders, Amnesia : The Dark Descent...
- Rezo : Bloodline Champions, WoW Cataclysm, Allods...
- Interview : Bertrand Grospellier, alias Elky
- Jeu complet : Sins of a Solar Empire

Bonne lecture !



53 commentaire(s) / Lire la suite

Le Peau d'cast de Joystick

Posté le 14/09/2010 à 11:10 dans la rubrique Hypoallergénique

Parce que parfois j'ai ai marre d'écrire et qu'au fond ma voix n'est pas si moche, j'ai décidé de faire une tentative de podcast pour le blog de la rédaction. Parmi les interviews que j'ai menées afin de monter un dossier sur le sound design qui paraitra je l'espère bientôt dans votre mag préféré (Death Pote si tu lis ces lignes....).



Au programme, Fredéric Devanlay, sound designer de son état, réalise pour nous les autopsies d'un bruit de coup de feu, et de l'ambiance d'une scène d'action issue de Splinter Cell : Pandora Tomorrow.

 

C'est un peu une première pour moi alors le résultat est loin d'être parfait, s'il doit y avoir un podcast numéro 2, je pense qu'il serait bon d'investir dans un filtre anti pop (ou d'en voler un à JVN) cela éviterait les crachotis qui agressent un peu le tympan. Si vous avez d'autres remarques n'hésitez pas, je suis friand de conseils.
 

Quoi qu'il en soit, je remercie Frédéric Devanlay pour sa gentillesse et sa patience, et surtout Lucky pour avoir usé sa voix pour le jingle (même si effectivement, j'ai du lui courir après pendant plus d'un mois pour qu'il se décide à le faire.)

PS : Frédéric m'a aussi chargé de vous dire que si vous vous posez d'autres questions sur comment on fabrique tel ou tel son, il est volontaire pour que l'on procède à d'autres autopsies qui seront postées sur le blog, donc : lâchez vos com' les biatchs.

21 commentaire(s) / Lire la suite

Joystick 234

Posté le 03/09/2010 à 11:17 dans la rubrique Tiz



Oyé, oyé, le Joystick 234 arrive ! Au menu :

- Le jeu de la couv : Call of Duty Black Ops. Les vacances de Savonfou à Santa Monica, où il a bronzé et visité les studios de Treyarch. On fait le point sur le solo et le multi.
- News : Darkspore, Torchlight II, The Force Unleashed 2, Heroes of Might and Magic VI
- Beta : Drakensang : The River of Time, HAWX 2, F1 2010, Dead Rising 2...
- Tests : Mafia II, StarCraft II, RUSE, Kane & Lynch 2...
- Rezo : LOTRO, Alien Swarm, SC II,
- Dossier : Stronghold 3
- Le jeu complet : JUST CAUSE

Bonne lecture !

26 commentaire(s) / Lire la suite

Ils ne sont pas trop vieux pour ces conneries.

Posté le 17/08/2010 à 19:09 dans la rubrique Hypoallergénique

Je l'attendais depuis longtemps : The Expendables : Unité Spéciale. le film le moins subtil de l'univers. une projection de presse plus tard, place au verdict !


la fine équipe...

 

Barney Ross (Sylvester Stallone) a tout vu, tout vécu, tout enduré, et cela se voit à la moue sclérosée qui déforme son bouc tout le long du film. Alors quand un pisseux comme son acolyte Lee Christmas (Jason Statham) lui fait remarqué qu’il « n’est plus aussi rapide qu’avant », il tique à peine, range sa mitraillette et dégaine son six coups pour éliminer promptement cinq pirates somaliens qui pointaient leurs armes vers eux. Dans les 6 nanosecondes qui ont suivis, 12 autres preneurs d'otages ont passé l'arme à gauche égorgés, flingués ou explosés à coup de AA-12 (le plus puissant fusil du monde selon la jaquette). Avec cette première scène, The Expandables : Unité Spéciale donne le ton.

C'est bien simple tout est fait dans ce film pour parodier les actioners bourrins des années 80 à 90. L'île paradisiaques et son dictateur d'opérette, l'agent pourris de cynisme qui boit son thé tandis que ces sbires torturent l'autochtone, ces militaires incapables de viser correctement qui meurent par paquet de 30 sous les rafales de héros aux biceps gonflés à l'hélium. Il ne manque rien !


Dans The Expendables, les méchants ont vraiments de méchantes tronches.

 

Pour parachever son ôde à la violence décompléxée, Sylvester Stallone a mis le paquet pour exciter notre nostalgie. Le scénario en lui même est déjà un monument : Sur l'île de Vilena (ça commence bien) l'impitoyable Général Garza fait régner la terreur, assité par des agents de la CIA véreux. Le seul espoir du peuple opprimé : les Expendables, un groupes de mercenaires qui expriment leurs virilités surdimentionnées en organisant des concours de lancer de couteau dans un bar interlope en écoutant du death metal. Contactés par le gouvernement américain, nos aventuriers se rendent vite compte qu'on les a envoyés couvrir les magouilles de l'Oncle Sam, et que l'on ne va pas vraiment leur laisser le temps de s'en vanter après coup. Ils sont sur le point de refuser l'offre quand ils sentent au fond de leurs petits coeurs tendres de la compassions pour les malheureux oxploités sud américains, et surtout pour Sandra, leur très joli contact sur place, qui se révelera être..... la propre fille de Garza ! OMAILLEFEUQUINGGOGMICHET ! Quelle révélation stupéfiante ! En fait on le voit venir dés le deuxième dialogues entre Lee et Sandra mais en bon professionnel, je ménage mes effets. Critique-ciné, c'est un métier.


 

Pour mener à bien son projet de ressusciter le film d'action Reganien, Stallone a fait appel à tout ce que le cinéma des vingts dernières années a produit de plus burné en matière d'acteur d'action. Nous avons parlé de Sly et de jason Statham, mais on trouve aussi Jet Li (difficile de réaliser que ce garçon ait 47 ans), Terry Crews (l'inoubliable Président Camacho d'Idiocraty), l'ex catcheur Steve Austin et le lutteur Randy Couture. On trouve également un Mickey Rourke décidément en pleine renaissance artistique depuis deux ans. Bref que des pointures quand il s'agit d'hurler et de distribuer des baffes, mais pas forcement des acteurs au top de leur carrière. En voyant apparaître la face ravagée de Dolph Lundgreen à l'écran(peu mis à son avantage par le maquillage il est vrai) on se met même carrément à croire au fantômes.

Hoo moi vous savez, ça fait 20 ans que je maltraite mon visage, alors ce n'est pas un chapeau ridicule qui va me faire peur.

 

Cependant, plus le film avance et plus les morts se succèdent, plus le doute s'installe dans l'esprit du spectateur : Stallone est-il vraiment second degrés sur ce coup là ? Le sérieux des acteurs permet d'en douter entre deux séances massacres unilattéraux. Il est bien possible que Monsieur Sylvestre ait tenté de réaliser un film d'action tout ce qu'il y a de plus assidu, mais qu'à force de surenchère il ait versé dans l'autoparodique involontaire.

"tu vois là bas ? C'est la fin du film, il va falloir garder notre sérieux jusque là."

 

Une réflexion qui ne concerne à la rigueur pas le spectateur qui lui se contentera d'aprécier le spectacle d'un Stallone vieillissant qui tente de foutre une dérouillée à Austin ou d'un Lundgreen qui écrase du pied le visage d'un sinistre sbire en le traitant de cafard tandis que derrière les seconds roles se font trouer la peau, briser les membres, trancher, les artères et écraser les testicules. The Expandables remplit honorablement son côtat de franches rigolades et de bagarres d'anthologies servis par un second degrés pas toujours volontaire. Les années 90 ne sont pas mortes, ce film en est la preuve.

10 commentaire(s) / Lire la suite

Joystick : le blog officiel

Joystick : le blog officiel

115 billet(s) et 2252 commentaire(s)

 

Le blog officiel de la rédaction de Joystick.

 

En direct des forums

 

En kiosque

Abonnez-vous en ligne

Calendrier

<< Juillet >>
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Cliquez sur une date pour voir les billets postés ce jour

Morceaux choisis

De Akxyd le 19/11/2009 à 21h49
Torchlight Megastar !? hé béh faut que je m'interesse à la question. Sinon les test d'OFP et de...

Archives

  • Décembre 2013
  • Novembre 2013
  • Octobre 2013
  • Septembre 2013
  • Août 2013
  • Juillet 2013
  • Juin 2013
  • Mai 2013
  • Avril 2013
  • Mars 2013
  • Février 2013
  • Janvier 2013
 

Syndication