Joystick : le blog officiel

The Descent : Part 2

Posté le 18/10/2009 à 18:16 dans la rubrique Hypoallergénique

Bonjour les enfants, la question du jour : de quoi a-t'on besoin pour faire un bon film d'horreur ?

Moi monsieur ! Je sais !

Oui Laeticia ?

Il faut heuuuuu, un groupes de djeuns et en vacances, un lieu angoissants d'où on ne peut pas sortir, et heuuuu... un truc qui fait très très peur, mais pendant la première demi heure on ne sait pas ce que c'est.

Trèèèès bien Laeticia, maintenant file te laver les mains, elles m'ont l'air couvertes de restes de tes petits camarades. Tous ces ingrédients étaient réunis le premier The Descent, qui confrontait efficacement une bande de biatchs taille 36 taille basse, aux « crawlers », des créatures sous-terraines et cannibales dans une ambiance spéologico-claustrophobique. The Descent : Part 2 reprend à peu de choses près les mêmes éléments, en sacrifiant quelques peu ce qui faisait l'originalité du premier : la prédominance œstrogénique du ramassis de victimes près à se faire égorgées dans l'obscurité. On assiste donc au retour des stéréotypes : le mâle alpha en charge de l'expédition de secours, le petit rigolo de service roi de la punchline, et bien sûr, le vieux flic intransigeant et à moitié abruti. Concernant ce dernier (joué par le barbichu Gavan O'herlihy, Ex Chuck Cunningham dans la série Happy Days), il ne fait dans la dentelle, puisque c'est lui qui arrache de son lit d'hôpital l'unique survivante du premier épisode, Sarah (Shauna Macdonald, une partie du casting est écossais) pour l'entraîner encore couverte de perfusions à la recherche de ses ex compagnes de cordées. De scènes de massacre au piolet en courses poursuites , John Harris arrive à maintenir la pression sur le spectateur, et nous gratifie d'un film de genre efficace et honnête malgré les incontournables scènes involontairement comiques inhérentes à ce genre de production.

  • Une scène de mise à mort à la barrette à cheveux a notamment retenu mon attention. On peut également se demander comment les terribles chasseurs nocturnes peuvent ne passe rendre compte qu'ils passent à 20 cm d'un couple de filles en train se souffler et de couiner à qui mieux-mieux. C'est à se demander comment ils parviennent à chasser le faon en surface (enfin moi, je ne me pose pas la question, les faon sont des cons et puis c'est tout). Sans jamais côtoyer les sommets de près ou de loin, The Descent : Part 2 se laisse regarder accompagner d'un bon saut de pop corn. Il ne vous laissera ni le temps de vous ennuyer, ni celui de trop réfléchir non plus.

    Cette information n'a rien à voir avec cette capture, mais il fallait tout de même que je case quelque part que le film est en salle depuis mercredi dernier.

13 commentaire(s) / Lire la suite

Mini Buzz personnel

Posté le 15/10/2009 à 17:58 dans la rubrique Hypoallergénique

Eric Viennot n’est pas qu’un génial créateur de jeu vidéo, c’est aussi le rédacteur d’un blog où je vais de temps à autre, quand la lassitude me prend face à la 16ème dépêche de la journée sur les nouvelles voitures de Gran Turismo 5, ou la guéguerre du ballon entre FIFA et PES. C’est donc ce que j’ai fait ce matin. Hô joie ! J’y vois une interview croisée d’Eric Chahi et de Jordan Mechner que je commence à lire avidement. Et la, le choc, Eric Chahi nous annonce qu’il travaille sur un nouveau projet de jeu vidéo sans en préciser d’avantage. Un petit tour sur le site personnel m’affiche un spartiate « Projet en Cours » sans plus d’information. Qu’importe, maintenant que je sais que le talentueux papa d’Another World, de Heart of Darkness et de tout un tas d’autres probablement tout aussi bons (promis un jour je m’y mets) se remettait au travail après presque 10 ans d’absence, je me sens aussi bien que si l’on avait jeté un carton entier de chatons dans mon lit pour me réveiller ce matin.
Haaa que de souvenirs...

Le blog d'Eric Viennot pour ceux que la chose intéresse :
ericviennot.blogs.liberation.fr/ericviennot/2009/10/chahimechner-linterview-des-l%C3%A9gendes-1.html#more

7 commentaire(s) / Lire la suite

Salut Hugues salut !

Posté le 14/10/2009 à 16:26 dans la rubrique Hypoallergénique

La semaine dernière sortait le contenu téléchargeable (DLC comme on dit aux Bains Douches) Warpath pour Empire Total War. Par les efforts conjugués de problèmes techniques et d’un planning mal ajusté, nous n’en parlerons dans le prochain Joystick.. Qu’à cela ne tienne, le blog est tout à fait approprié pour faire le point sur les trois DLC du jeu qui se dispute mon amour auprès de ma copine (et qui gagne souvent, il faut le dire).

Sorti à peu près en même temps que le jeu, le pack d’unités Special Forces and Bonus Content offre quelques choix de troupes intéressants, bien assez en tout cas pour justifier son coût de 1,99 Eurothunes. Trois unités surnagent particulièrement pour leur efficacité, parmi les neuf proposées : le HMS Victory, un navire pour la faction britannique capable d’encaisser un nombre hallucinant de tirs, les Death’s Head Hussards Prussiens, cavaliers capables de faire feu rapidement tout en se déplaçant, enfin et surtout, le Canon Orgue Ottoman. Cette pièce d’artillerie à répétition peut délivrer un véritable feu roulant sur les lignes adverses. On peut voir dans cette dernière unité une tentative de compenser la faiblesse de la faction Turque dans les âges plus avancés.

 

Le Canon Orgue Turque, une invention qui vous fera détester Jean-Sébastien Bach.

Elite Unit From the West a moins retenu mon attention. Les 14 unités qu’il propose sont intéressantes d’un point de vue historique mais anecdotiques en terme de gameplay, il ne s’agit jamais que des énièmes régiments de ligne et des pénultièmes régiments de gardes à cheval. Les passionnés d’histoire militaire seront peut être heureux de retrouver les Gardes Suisses ou les premiers US Marines, mais ce seront bien les seuls.

 

L'interface a été revue pour faire plus couleur locale

Attaquons maintenant le gros dossier de Warpath. Comme son nom l’indique ce DLC permet de prendre le commandement d’une des cinq factions indiennes que vous massacriez allégrement dans la campagne de base, et croyez moi, ça va vous faire tout drôle. Technologiquement sous évolué (et c’est rien de le dire), un joueur indien doit déployer des trésors de stratégie. Se camoufler dans la végétation (toutes les unités non montées en sont capables à part l’artillerie), contourner les zones couvertes par les mousquets ennemis et finalement se jeter sur l’ennemi pour un corps à corps incertain telles sont les principes de base de la guérilla amérindienne. Ce qui complique les choses, c’est que non seulement les factions indiennes sont surclassées en terme de puissance de feu, mais même au contact, ils ne sont pas non plus toujours les plus forts. Si l’on excepte certaines unités d’élite comme les Guerriers Objiwa (Huron), les Guerriers d’Elite Atakapa (Cherokee), ils tiennent difficilement la comparaison face à des troupes disciplinées opposant un mur de baïonnettes. Le secret du succès résidera donc dans des attaques et retraites fréquentes pour faire tourner en bourrique puis paniquer l’envahisseur européen. En tout cas il n’est pas envisageable de remporter la moindre bataille sans un confortable avantage numérique. Avec des conditions de départ si défavorables, réussir une  campagne Warpath n’est, vous vous en doutez, pas la moindre des gageurs, même pour un vieux briscard d’Empire : Total War.

 

Maintenir ses troupes masquées le plus longtemps possible, telle est le secret de la victoire, ou d'une bonne retraite.

La carte de campagne propose aussi des nouveautés intéressantes qui collent bien avec l’idée que les guerres indiennes ont été pour les chefs peaux rouges une successions de choix difficiles et parfois de cruelles compromissions. Les ressources naturelles (mines, plantations, tanneries...) peuvent être exploitées de deux façons. Soit vous laissez votre peuple s’en occuper, cela coûtera cher au début et sera peu rentable sur le long terme mais l’honneur sera sauf. Soit vous laissez des colons blancs s’installer, c’est quasiment gratuit et rapporte un paquet de brouzoufs MAIS (il y a toujours un mais) les habitants sont mécontents et se convertiront peu à peu au christianisme, à l’alcool de patates et au bacille de Koch. Bien évidement, les arbres technologiques et les constructions sont différentes des factions traditionnelles, c’est toute une façon de jouer qui est à réapprendre.

 

Les Pueblo Nation constituent la faction indienne disposant de la cavalerie la plus performante.

En bref, ce troisième DLC est un bon investissement pour ceux qui souhaitent un peu de nouveauté dans leur STR préféré en attendant Napoleon : Total War. Par contre soyez prévenus, lancer une campage de Warpath, c'est l'assurance de s'en prendre plein la poire (mais on s'en fout dans 300 ans on les pourira tous avec nos casinos).

9 commentaire(s) / Lire la suite

Le bal des Vampires

Posté le 03/10/2009 à 17:58 dans la rubrique Hypoallergénique

Les deux principaux syndicats d'acteurs américains, la Screen Actors Guild (SAG) et l’American Federation of Television and Radio Artists (AFTRA),  ont fait savoir hier (le 2 octobre) qu'ils souhaitaient reconsidérer les accords qui les liaient aux éditeurs de jeux vidéo. Ces deux organisations estiment en effet que les acteurs qui participent au doublage des jeux vidéo contribuent à une œuvre artistique comme une autre. Ils ont même crée pour l’occasion une nouvelle catégorie de performance artistique : « Athmospheric Voices ». Un nom que je ne me risquerais pas à traduire, tant je peine à comprendre où ils voulaient en venir quand ils ont pondu le concept au bout de leur troisième bang de la journée.

Depuis le temps que l'on se bat pour que l'on reconnaisse la valeur artistique des Jeux Vidéo, nous devrions peut être nous réjouir. Comment ? Ha, on me signale dans mon oreillette que cette « anoblissement » sera accompagné d’un alignement des devoirs des éditeurs de jeu vidéo sur ceux des maisons de production cinématographique. Ce qui signifie une augmentation des prestations (après tout pourquoi pas) et surtout une augmentation significative de leur participation aux fonds de santé et de retraite de la SAG et de l’AFTRA.

Bon saluons tout de même cette bien belle initiative désintéressée tandis que les dirigeants du SAG et de l’AFTRA s’envolent pour échapper au jour qui se lève.

Comme dirait Bela Lugosi : Muhahahahahaaaaa

Plus d'infos sur le site du SAG : www.sag.org/press-releases/october-02-2009/aftra-sag-and-video-game-industry-reach-tentative-agreements-new-cont




 

9 commentaire(s) / Lire la suite

En kiosque ! Numéro 223.

Posté le 01/10/2009 à 15:12 dans la rubrique Tiz




Mesdames, Messieurs,

Voici un sommaire non exhaustif de ce que vous trouverez dans notre prochain numéro :

Jeu de la couv' : WOW : Cataclysm.
Notre ami Lucky est parti en Californie chez Blizzard chercher de l'info fraiche.

Reportage : Tout sur la BlizzCon. Lucky toujours, à l'affut :) Qui a pu essayer Diablo III, SC 2 et toper des news sur la nouvelle mouture de Bnet.

Dossiers :
- La GamesCom. Compte rendu.
- Le point sur Windows 7.

- Du RPG en pagaille :
Grosse preview de Dragon Age, test de Risen et de Divinity II...

Des tests : NFS SHIFT, Champions Online, Operation Flashpoint : Dragon Rising, Machinarium...

- Et toutes les rubriques habituelles ; décla d'indé, matos, réseau...

Zeu du mois : Painkiller

Enjoy !








23 commentaire(s) / Lire la suite

Joystick : le blog officiel

Joystick : le blog officiel

115 billet(s) et 2252 commentaire(s)

 

Le blog officiel de la rédaction de Joystick.

 

En direct des forums

 

En kiosque

Abonnez-vous en ligne

Calendrier

<< Juillet >>
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Cliquez sur une date pour voir les billets postés ce jour

Morceaux choisis

De Akxyd le 19/11/2009 à 21h49
Torchlight Megastar !? hé béh faut que je m'interesse à la question. Sinon les test d'OFP et de...

Archives

  • Décembre 2013
  • Novembre 2013
  • Octobre 2013
  • Septembre 2013
  • Août 2013
  • Juillet 2013
  • Juin 2013
  • Mai 2013
  • Avril 2013
  • Mars 2013
  • Février 2013
  • Janvier 2013
 

Syndication