L'impopulaire

[Cinéma : ça tourne] Trust

Posté le 23/03/2012 à 10:00 dans la catégorie Cinéma : ça tourne



Dans une Amérique du Nord conventionnelle où tout semble lisse, vit la jeune Annie. Une adolescente impopulaire. A défaut d’avoir beaucoup d’amis ou/et un petit copain, sa vie est rythmée par un tchat qu'elle partage avec Charlie, un beau et jeune inconnu rencontré sur internet. Scotchée en permanence à son écran d'ordinateur portable, à son téléphone, elle est finalement représentative d'une génération qui attend le message, le commentaire qui lui fera chaud au cœur.

Une génération qui, également, vérifie ses mails plusieurs fois par jour, ses notifications sur les réseaux sociaux et envoie des centaines de textos. C'est cette confiance de l’habitude en la technologie qui plongera Annie dans le piège d’un cyber-pédophile, qui n’est d’autre que Charlie…

A l'adolescence, le cerveau n'est pas totalement formé, et la capacité à se restreindre n’existe pas encore totalement. D'où la présence à cette période de formes d'addictions variées : jeux vidéo, internet, télévision, drogue et alcool... Généralement, une passade de la vie que l’on préfère oublier. C’est le moment de la recherche identitaire, de la reconnaissance par ses pairs. C'est pourquoi Annie est tant fascinée par Charlie. Il est le seul qui lui témoigne de l'intérêt, de la gentillesse alors que les filles et les garçons populaires de son lycée la rejettent. Charlie lui avouera pourtant qu'il n'a pas vraiment 16 ans mais 20 ans. Puis pas vraiment 20 mais 25 ans... Pour au final se révéler avoir la quarantaine lors de leur « rencontre ». Là encore, Annie ne semble pas réaliser ce qui se passe, à croire qu’on ne lui a jamais parlé des pédophiles. Elle croit « aimer » Charlie. Charmeur et manipulateur, ce dernier obtient un rendez-vous avec elle. Il arrive parfaitement à gérer le choc d’Annie découvrant que "son" Charlie est un adulte déjà âgé. L’amadouant avec une glace et lui faisant entendre tout ce qu’elle veut, il convainc la gamine de l’accompagner dans un hôtel. C’est là que l’acte le plus abject au monde est commis. Annie s'échappe alors psychologiquement. Elle regarde le mur pour fuir cette torture. Elle n'est plus dans son corps et c’est son seul moyen de se protéger mentalement.

Un acte d’autant déplorable, qu'Annie vit dans une merveilleuse famille où les parents sont à l'écoute, veillant à la sécurité de leurs enfants et transmettant des valeurs importantes. Sa mère et son père lui rappellent avec tendresse qu'elle n'a pas à agir comme les filles de son lycée, qu'elle doit être soi-même. Le paternel, joué par le très convaincant Clive Owen, appréhende de voir sa fille devenir une jeune femme qui aime danser, être sexy... Dans cette famille pour le moins idéale, les parents n’ont pas vu venir le danger. Le réalisateur a d'ailleurs tenu à pointer un paradoxe. Tous les soirs, le père active l'alarme de la maison mais de l’autre côté, n'est pas capable d'imaginer que le pire peut arriver via internet. Le risque proche est évité mais celui qui est loin, séparé par un ordinateur est sans limitations.

Après le viol, la seule réaction de la jeune fille sera le déni. Tombant en dépression à cause de l’acte mais aussi du fait que Charlie ait rompu tout contact : finalement une sorte de sevrage d’une relation addictive  par ordinateur interposé. Il lui faudra du temps pour accepter ce qui lui est arrivé et elle défendra d’abord son agresseur (syndrome de Stockholm). C’est grâce au travail d’une psychologue qu’Annie peut essayer de s’en sortir, de remonter la pente. Elle pense que sa vie est foutue à tout jamais. Le père, lui, est torturé psychologiquement. Il imagine la scène du viol, voyant cet homme répugnant faire du mal à sa fille, lui violant son intimité, sa vie à un si jeune âge. Des idées extrêmement noires lui viennent à l’esprit comme battre à mort Charlie. Cette réaction viscérale l'empêche dans un premier temps d’être présent pour aider sa fille. Il exprime sa colère à sa fille. Il est furieux de ne pas avoir pu la protéger, et qu’elle lui a menti. Le père devra comprendre au fil de l'histoire que l’on ne peut pas empêcher ceux qu’on aime d'être blessés, on peut seulement être près d'eux pour qu'ils s’en sortent.

alt

Confiance en un inconnu rencontré sur le net. Confiance en ses enfants. Confiance en la sécurité d'un quartier, d'une maison. C'est une notion relative qui s'ébranle au moins événement tragique et marquant. Trust donne naissance à un récit dramatique et à une sombre histoire contemporaine et profondément ancrée dans la réalité. David Schwimmer, réalisateur de la comédie "Cours toujours Denis", signe là non un chef d'œuvre mais un film engagé et émouvant. L'identification au père, à la mère, à Annie, est possible, purgeant nos passions. L'ancien acteur de Friends, n'a pas choisi ce thème pour être pris au sérieux mais il est engagé depuis 14 dans une association d'aide aux victimes de viol. Les récits qu'il a entendus l'ont profondément inspiré et lui ont permis de réaliser ce film malgré la frilosité des producteurs américains qui font peu confiance aux drames qui ont quelque chose à dire...

8 commentaire(s) / Lire la suite

[WATCH] RDV ONLINE + Coupe FIFA

Posté le 20/03/2012 à 16:42 dans la catégorie WATCH



Voici la vidéo du fameux rendez-vous online du 26 février organisé par Liquifan et filmé par moi-même. Je remercie encore une fois tous les participants. En revanche j'insulte Superfiotte qui n'est pas venu.

Enjoy !







Je vous laisse admirer le talent... Hum.



32 commentaire(s) / Lire la suite

[Lecture : ça se lit] Comics -Infamous-

Posté le 17/03/2012 à 23:43 dans la catégorie Lecture : ça se lit




Ceci est la page 11

                                                           


                                                                                                        

26 commentaire(s) / Lire la suite

[Sport : ça se pratique] Muay Thaï

Posté le 15/03/2012 à 08:00 dans la catégorie Sport : ça se pratique !



Le Muay Thaï ou Boxe Thaïlandaise est un sport de combat importé direct de Thaïlande, et plus précisément de Bangkok. Coup de genou mortel ou coup de coude fatal, le Muay Thaï est une discipline violente mais efficace qui nécessite un effort physique intense. Après le Krav Maga et ses techniques d'auto-défense, découvrez une nouvelle discipline !



Un entraînement de fer


Avant de maîtriser parfaitement les techniques du Muay Thaï, il faut avoir un cardio imbattable et une bonne base musculaire. Tout cela s'acquiert au cours d'entraînements qui vampirisent littéralement l'énergie de n'importe quel homme. Chaque cours débute par un échauffement du coeur avec de la corde à sauter (oui comme les petites pucelles en cours de récré) puis d'échauffement du corps en général. Une fois prêt, le cours réel commence. Le thème varie souvent et il est possible de faire 1h30 d'endurance avec des frappes (100 frappes continus contre votre adversaire qui a deux "paos", protections plastiques pour encaisser les coups ) pompes et autres. Mais un cours peut-être aussi plus technique avec essentiellement des phases de "Sparing" où il faut réussir un enchaînement de frappes et contres, tout en gardant un certain rythme. Petit exemple : Contrer 4 coups de poings, puis un middle kick (frappe au niveau des hanches) et ensuite relancer un middle kick avant (pareil mais avec la jambe avant) et un direct avant (frappe du poing avec le poing avant). A la fin, exténué par l'effort, il faut trottiner et la séance se termine après avoir passer la serpillère (des litres de sueurs tombent sur le tatami) et saluer le professeur.

Origines

Comme vous l'avez compris, ce sport vient de Thaïlande et date d'environ 500 ans (n'est arrivé qu'il y a 30 ans en France). Au départ un peu à la manière du Krav Maga avec le Mossad, le Muay Thaï était un ensemble de technique de combats appris aux soldats. Extrêmement efficace et dissuasif, les combattants ont permis à la Thaïlande de rester un pays non colonisé à la différence de ces voisins. Dans ce pays, ce sport est une sorte de tradition où 70 000 boxeurs pratiquent régulièrement. Les enfants, très jeunes, apprennent ces techniques. Si en France, les combattants sont très protégés, sur les rings de BangKok seul gants et protège-tibias sont de mises contre coquille, protège-dent, coudière, genouillère, etc etc en France. Une différence qui représente l'écart de niveau encore conséquent.

Quand ça boxe, ça tape dur

Si vous connaissez un peu le MMA ou le UFC, le Muay Thaï n'est pas un sport qui comprend des prises, et du combat au sol. Tout se passe debout, et les coudes et genoux sont des armes mortelles. Savoir se servir de ses poings est nécessaire et permet parfois de feinter pour une attaque "low kick" (frappe avec la jambe sur le tibia adverse). Il est également possible de donner deux droites et pendant que le combattant est sous pression, un coup de genou sauté peu finir le combat. FATAL ! L'équilibre comme dans tout sport de combat doit être maîtriser pour éviter de méchants balayages. Enfin, lorsque vous combattez, il ne faut surtout pas se déconcentrer ou sinon des front kick, high kick, crochet, upercut vous feront mal, très mal.



Après vous avoir présenté le Krav Maga, méthode d'auto-défense ultra efficace utilisé au départ par le Mossad, cette année c'est le Muay Thaï car il représente une expérience à la fois excitante et terrifiante car une fois que vous êtes face à un adversaire, il n'est plus question de rigoler. Il faut être à 100%, même en entraînement les coups sont réels et savoir les contrer vous empèchera de dépenser dans des poches de glace.



27 commentaire(s) / Lire la suite

[POSTVIEW] BackBreaker Vengeance

Posté le 11/03/2012 à 08:00 dans la catégorie PREVIEW



Il y a des jeux qu'on attend pas. Tellement pas que ça fait 6 mois que vous aviez une démo du jeu sur votre PS3.  C'est donc le moment pour essayer BackBreaker Vengeance. Si au départ on peut croire à un jeu de SuperBowl, on n'est pas déçu de découvrir à la place un mode "esquive" de plaquage... ENORME !


Qualité de téléphone portable, veuillez m'excuser

Eviter, un art jouissif !

Dans la vraie vie c'est déjà plaisant lorsqu'on pratique du Rugby de pouvoir éviter des plaquages, un doux sentiment d'invicibilité s'empare de nous. C'est cette sensation que j'ai tout de suite retrouvé en jouant à cette démo. BackBreaker Vengeance est un jeu PSN sorti le 24 août 2011 et développé par NaturalMotion. Et le nom du studio informe déjà sur l'argument du jeu : la physique. Choc, plaquage, saut. Un moteur physique Eurovia extrêmement efficace. Mes premières heures passées sur la démo m'ont fait rire, beaucoup rire. Se voir valdinguer dans les airs après s'être pris un stop d'un défenseur, se jeter comme un mort de faim dans les couilles du porteur de ballon. Que du plaisir. Une fois passé la physique, c'est la technique qui fait son apparition et rapidement on a envie de faire du SCORE. Eviter avec style entre glissade, saut, 360 no scope. Et puis en rajouter. Une fois le gars mis dans le vent. Revenir à la charge et le narguer encore et encore. Et enfin se décider à mettre son TOUCHDOWN. Fun fun fun fun ! Y'a pas d'autres qualificatifs car le jeu ne sert qu'à s'amuser et quand on voit le nombre de modes et niveaux on imagine déjà les moments épiques en plus du mode multijoueur. Même si le côté répétitif peu lasser le joueur, tout est fait pour ne pas s'en rendre compte. Je vous le conseille si vous avez envie de vous détendre, BackBreaker est ce qu'il vous faut. Aucune prise de tête, le plaisir, et l'envie de devenir meilleur à chaque fois et de péter les scores mondiaux !



Chabaliser, un art loin d'être subtil

Côté pile, faut esquiver. Côté face c'est l'autre mode de jeu appelé "Vengeance" qui consiste à jouer le rôle de plaqueur. Et là aussi c'est bien fun comme ma vidéo ci-dessus l'illustre parfaitement. Plaquage haut, dans les couilles, tacles... Tout est bon pour victimiser le porteur du ballon. Et ce n'est pas tout. Les niveaux sont de plus en plus durs. Si au début il suffit de foncer sur le mec. Ensuite il faudra d'abord esquiver plusieurs attaquants, et ensuite défoncer façon chabal le runnerback (celui qui a le ballon). Et chaque nouveau niveau apporte son lot de nouveautés qui varient vraiment les phases de jeu et le plaisir. Pas le temps de s'ennuyer et toujours l'espérance de battre des scores. Que dire de plus ? Hum... La bande sonore ? Oui ! Du bon son rythmé et adapté ! Et bien sûr le mode cinématique disponible après chaque niveau pour revivre les meilleurs moments et faire un fragmovie...
Divertissant, pas prise de tête et vraiment fun, BackBreaker fait office de mini jeu ultra efficace et qui avec une simple démo pousse à l'achat irréfléchi. J'allais le faire avant que ma PS3 lache. La pute ! Mais je me rattraperai !

PS : ceci n'était pas vraiment une preview etant donné que le jeu est sorti depuis longtemps, ni un test vu que je n'ai eu en main que la démo.

20 commentaire(s) / Lire la suite

L'impopulaire

pseudo

Edité par :
FmaAltair
Blog créé le 24/07/2009
242 billet(s) et 7526 commentaire(s)

 

Description du blog
Venez vous noyer dans les vagues de ma passion

Informations sur l'auteur :
Univers : Action / Aventure
Super Héros Super Héros

Niveau 32
435540 point(s)
5e
Membre depuis : 01 juillet 2009 à 13h24
Dernière connexion : 20 février 2013 à 13h40
77 messages dans les forums (Chercher les messages)
1 test(s) (Consulter les tests)
0 définition(s) (Consulter les définitions)
112 ami(s) (Voir les amis)

 

Calendrier

<< Novembre >>
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Cliquez sur une date pour voir les billets postés ce jour

Les derniers commentaires

De Bogman le 25/03/2014 à 13h05
 Hard Gay chez Fma, un signe ? ;)
De yancha le 19/11/2013 à 12h13
A la lecture de ce billet je me rend compte qu'il me reste pas mal de jeux à faire sur PS3. Last of US, GTA V,...
De ONIZUKA le 14/11/2013 à 22h47
Ho putain, sur toute cette liste il y en auccun que j'ai fait, aller juste tester 10 minutes farcry 3 et Maxpayne mais...

Archives

  • Décembre 2013
  • Novembre 2013
  • Octobre 2013
  • Septembre 2013
  • Août 2013
  • Juillet 2013
  • Juin 2013
  • Mai 2013
  • Avril 2013
  • Mars 2013
  • Février 2013
  • Janvier 2013
 

Syndication