LE PIXEL VAINCRA !

Ambulance Simulator 2011 (PC) : pas la peine de se presser, les développeurs sont déjà morts!

Posté le 24/12/2011 à 19:30 dans la catégorie Tests Récents

Il y a des fois dans la vie où l’on n’a pas envie de faire les choses comme tout le monde. Où la seule idée de pouvoir envoyer chier le monde entier est une satisfaction sans bornes. Orphelins que nous étions depuis la mort de Davilex en 2005, il nous fallait un nouveau parangon du jeu de merde, un studio capable de nous émerveiller par la nullité crasse de ses productions (je pensais à Activision, mais c’est une autre histoire.). Et ce studio, c’est UIG Entertainment.


(Ce qui a coûté le plus cher à produire : la jaquette.)

Au volant de votre magnifique ambulance digne de F-Zero (vu qu’elle flotte au-dessus du sol) votre mission est de partir au secours d’un pauvre ouvrier blessé sous des caisses, au cours de l’unique mission du jeu (en fait y’en a plusieurs, mais le stagiaire a pas pensé à débugger le jeu). Bravant avec courage le trafic (trois voitures identiques, même pas animées pour tourner) et les terroristes poseurs de pièges sur les routes (l’ambulance se met à sauter au moindre contact d’un trottoir), vous arrivez à bord de votre bolide (capable d’être à pleine vitesse de s’arrêter net sur quelques mètres) sur les lieux de l’odieuse tragédie.


(Avouez-le : c'est odieux!)

Mais au moment d’examiner le malheureux, coup de théâtre : une vile brèche dans le continuum espace-temps (désolé, l’attaque de Moussaka Géante c’était pas crédible) vous ramène à votre caserne, évidemment sans votre véhicule. Ne pouvant décemment réquisitionner le véhicule d’un passant (par contre vous pouvez les repousser sur 500 mètres à la force de vos bras, c’est marrant), vous devez retourner sur les lieux du crime à toute jambes, en prenant le temps d’admirer les décors verdoyants (et les barrières qui volent, elles aussi !) ou le ciel (parce que même un ciel en .jpeg, ça peut se foirer) pour enfin revenir auprès du malheureux.


(Parce qu'une demi-barrière, c'était pas assez en fait...)

Et après ça, que se passe-t-il ? Je vous le donne en mille : RIEN ! Après une telle tentative d’embellir cette ode au mauvais goût, ça n’étonnera personne si je dis que ce jeu est l’équivalent du Néant Vidéoludique, un espace de nullité infinie faisant sombrer quiconque s’y aventurant vers la mort et les FPS next-gen avec 2 heures de solo. Et pourtant, hormis le fait de devoir payer 15€ pour une telle bouse, on en vient à le trouver marrant, voire même « concept » : comment un développeur de jeux (donc pas un boulot alimentaire, à priori...) peut-il avoir l’indécence de produire une telle immondice ?

 

 En bref, ce jeu est scandaleusement mauvais sur tous les plans, mais pour peu que vous ayez un second (ou plutôt un 42ème) degré suffisamment développé, il y a de quoi bien se poiler pendant quelques heures, à déterrer toutes les incohérences ou faire planter le soft de la manière la plus stupide possible. A voir si vous être prêts à débourser pour oser vous y mesurer...


NOTE OBJECTIVE : 0/20
NOTE SUBJECTIVE (nanar power!) : 20/20



PS : ce test est celui que j'ai rédigé à l'arrache pour le concours GOTY de notre ami FMA. Etant donné que ce même concours est arrivé à terme pour envoyer les textes (et aussi parce que c'est Noël, quand même!), je me suis dis que vous faire ce petit plaisir serait un bon moyen de marquer le coup. Il y a d'ailleurs un autre billet qui devrait arriver dans la soirée et qui est dans les tubes depuis quelques jours, mais qui n'a pas pu arriver suite à une succéssion de plantages et de maintenances chez JVN.

25 commentaire(s) / Lire la suite

Billet spoil et infos : de la baston et du rosbeef!

Posté le 07/12/2011 à 12:30 dans la catégorie Autres

Je fais exceptionnellement une petite entorse au réglement (fixé par moi-même) en spoilant le prochain jeu que je vais tester, et j'en profite aussi pour parler un peu de l'actu du blog, puisque le début de l'année va entrainer quelques changements...

Pour ce qui est du prochain test, j'avais déja légèrement vendu la mèche dans ma vidéo de Strider Returns, mais cette fois je vais vous expliquer en détail, puisqu'il s'agit de...



Defender of the Crown, sur Amiga! C'est la première fois que je vais me frotter à un jeu de ce célèbre Micro qui s'est tiré la bourre pendant pas loin de 10 ans avec l'Atari ST, et pour une première fois je me devais de prendre un jeu phare, ce qui me permettra au passage de m'excuser pour vous avoir rendus aveugle avec le petit passage Amiga dans ce cher billet bonus.

Mais ce test est également une dédicasse à la personne "un peu spéciale" que j'ai mentionné précédemment, puisqu'il s'agit de... Marcus! Outre l'accueil chaleureux qu'il nous a réservé au Japan Event, j'ai eu l'occasion de converser avec lui (et de me foutre sur la gueule, vu qu'en bon troll j'étais obligé de parler d'Atari ST en sa présence, niark niark!), et il m'a chaudement recommandé ce jeu comme sujet de test.


Enfin, je dois parler un peu du Pixel Vaincra. Vu les retours la dernière vidéo à été plutôt bien reçue, donc je continuerai sur la même logique que celle que j'ai initié (les vidéos de tests sans commentaires, les billets bonus avec), et le projet de Superplay sur Starfox est toujours en cours, en l'attente de vous faire une première vidéo propre dessus.

Par contre, en raison d'un stage de deux mois en début d'année, justement en Angleterre (ça fait ton sur ton avec Defender of the Crown :P), le blog va être mis plus ou moins en "stand by". J'espère pouvoir participer à l'activité de JVN malgré tout ou répondre simplement aux commentaires ici même,mon champ d'action reste encore a déterminer.

Stay tuned!


Edit : après avoir fait un rapide tour de la question de mes deux mois d'absence, je pense pouvoir continuer la deuxième partie du dossier Sega, histoire de garder une activité concrète, à défaut d'être soutenue.

9 commentaire(s) / Lire la suite

Billet spécial "fanboyisme aigu" : Project Draco, le retour du Messie?

Posté le 29/11/2011 à 21:39 dans la catégorie Autres

Malgré le fait que je suive l'actualité du jeu vidéo de manière plutôt assidue, il arrive des fois ou l'on rate une petite info, ou un jeu qui à été annoncé. Mais c'est déja plus blasant quand, en plus, l'ombre de Panzer Dragoon (et vous avez compris pourquoi je parle de fanboyisme, maintenant!) vient s'en méler...

Et je peux vous dire que c'est encore plus rageant quand l'info en question date de... 2010! Mais vu que le Projet en question reste extrèmement discret (il n'a toujours pas de nom définitif, d'ailleurs), il me semble judicieux d'en toucher deux mots, même si ce n'est pas dans mes habitudes de faire ce genre d'article.


Xbox 360 - Project Draco (Kinect) par Millenium_TV

Outre le fait que les deux dragons qu'on voit clairement ressemblent à s'y méprendre aux Dragonmares d'Orta, c'est surtout les quelques noms indiqués qui sont frappants. Et là c'est pas du péteux de troisième division, là c'est du lourd :

- Yukio Futatsugi, un des membres fondateurs et leader désigné de la Team Andromeda (juste un dieu vivant quoi!) .

- Manabu Kusunoki, chara-designer et dragon-designer (détail qui à de l'importance!) du premier Panzer Dragoon.

- Et last but not least, Tomohiro Kondo, tout simplement réalisateur de Zwei!

Le jeu en question n'a toujours pas de date de sortie annoncée, les seules certitudes étant qu'il sera exclusif au XBLA (je crache pas sur une sortie en boite perso...) et jouable entièrement avec Kinect (je crache pas sur une version manette non plus!). Espérons que ce fameux projet sera digne de ses glorieux ainés, et simplement qu'il puisse voir le jour!

13 commentaire(s) / Lire la suite

Billet Bonus : Strider Returns, le côté obscur du Ninja avec une épée badass...

Posté le 28/11/2011 à 20:00 dans la catégorie Autres

J'ai subtilement lancé le débat dans l'intro du test de Strider 2, mais il faut savoir qu'en matière de héros de jeux vidéo maltraités, Hiryu est ce qu'on pourrait appeler un cas à part. Pour lui, son agresseur n'a pas été son père "biologique" (alias Capcom), mais plutôt de vils profiteurs du nom d'USGold et Tiertex. Et ces gredins n'y sont pas allés de main morte...


Billet Bonus - Strider Returns (commentée!) par HUB-Cormag

Voilà le petit bonus que je vous avais promis! Ca a mis pas mal de temps pour monter cette vidéo, mais je me suis bien marré. Une autre vidéo devait arriver dans quelques jours en plus du fameux "spoil" que j'ai prévu de faire, qui vous montrera ce qui se passe quand je me lache dans un jeu...


Stay tuned!

13 commentaire(s) / Lire la suite

Strider 2 (PS1) : Au 5ème millénaire, on a plus de pétrole, mais encore des communistes!

Posté le 20/11/2011 à 18:00 dans la catégorie Tests Récents

Je crois qu'en ce moment, je fais une fixation sur les héros des jeux vidéo en proie à l'injustice. Vous savez, ceux qui se sont fait tellement malmener qu'ils pourraient porter plainte contre leurs créateurs, sans oublier de passer dans des émissions de mauvais goût dignes de Jean-Luc Delarue. Après avoir examiné le cas de ce pauvre Ken, il est temps de ce pencher sur celui d'Hiryu, ninja sans peur et sans reproches...


(Un bon ninja se doit d'être classe en toutes circonstances... pari gagné!)

Question scénario, on reste dans la droite lignée du jeu de 1989 : l'Union Soviétique est devenue surpuissante, dirigée d'une main de fer par le Grandmaster Meio depuis sa base lunaire nommée Third Moon. L'organisation des Striders, composée de guerriers améliorés par la technologie, envoie Hiryu en solo pour l'assassiner, sans oublier de faire le ménage parmi les gros bonnets des cocos. On suppose que le jeu se déroule en 4048, soit deux mille ans après le premier Strider (la seule indication de temps étant une réplique à la fin du jeu). Ce n'est pas de la grande littérature, mais les bases sont claires, c'est déjà ça.

Une petite note avant de commencer pour les néophytes du blog : Strider 2 est un pur jeu d'arcade, la version PS en étant une adaptation en tous points. Par conséquent, ma critique du jeu tiendra évidemment compte de ce facteur, notamment pour la difficulté ou la durée de vie.


(Les cut-scenes sont illustrées par un style manga excellent, qui renforce l'identité graphique du soft.)


"Je te laisse chérie, ça va couper!"

Comme je l'ai précisé un peu plus haut, on ne teste pas un jeu d'arcade comme un soft lambda : un bon titre d'arcade doit faire les choses vite et bien, vous mettre dans le bain illico, sans oublier de proposer un défi suffisamment intéressant pour vous donner envie de remettre une pièce (dont on suppose toujours que celle-là, c'est la dernière...) dans la borne. Et à ce petit jeu, Strider 2 s'en sort bien, très bien même.

On retrouve d'abord ce qui a fait le succès du premier opus : de l'action non-stop, un héros agile et bien armé, et un level design qui vous en fait baver comme il faut.  En parlant de ce dernier point, il est relativement fidèle à celui de son grand frère, avec des niveaux vastes et une architecture visant à accélérer le rythme du jeu (comme la scène de descente en montagne du premier Strider, pour ne citer qu'elle), à grand renfort de précipices et d'ennemis vous pilonnant joyeusement la tronche. Vos adversaires sont d'ailleurs, pour la plupart, les mêmes que 11 ans plus tôt, non seulement pour le Grandmaster Meio, mais aussi pour les boss comme Ton Pooh ou l'Empereur Dragon.


(Le boss a beau être inofensif, ses gardes du corps ne vont pas vous laisser agir sans bouger!)

Je vais faire une énième référence à Street Fighter 2010, mais Strider est vraiment une référence en matière de gameplay. Déjà, vous pouvez parfaitement jouer avec seulement 2 touches et demie, la troisième étant dédiée à activer les furies temporaires. Ensuite, les sauts sont précis et Hiryu réagit très rapidement aux commandes, ce qui est d'autant plus important quand on voit la rapidité de l'action et des ennemis (même si certains passages demandent une bonne dose de précaution pour passer sans encombre). Enfin, malgré le fait qu'on ne dispose que d'une arme de corps à corps pour se frayer un chemin à travers les niveaux, le Cipher permet de se défendre parfaitement grâce à son pattern, qui permet de frapper en même temps au-dessus et en dessous du personnage.

Autre petit point discret mais important, cette fois ressemblant trait pour trait aux Shinobi (autre série que j'apprécie tout particulièrement, soit dit en passant) : contrairement à la plupart des jeux de plates-formes, vous ne prenez pas de dégâts en touchant simplement un adversaire. Il faut que ce dernier vous porte un coup direct ou soit doté de pointes capables de vous empaler pour vous blesser : en somme, cela permet aux joueurs un peu moins chevronnés de s'en sortir malgré l'abondance de chair à canon qu'en envoie à votre rencontre.


(Même au 5ème millénaire, les cocos n'ont toujours pas appris à se battre...)

En somme, Strider 2 s'en sort très bien et termes de gameplay, grâce à des contrôles intuitifs et précis qui sont d'ailleurs bien aidés par un level design inspiré, demandant de mettre en oeuvre toutes les talents de notre ninja bionique préféré pour avancer. En tant que gros joueur de jeux d'action comme Shinobi ou Ninja Gaiden, je peux vous garantir que de ce côté-là Hiryu envoie sévèrement du pâté soviétique, et d'ailleurs ce n'est pas la seule qualité de ce soft! Mais ne vous en faites pas, j'y viens tout de suite...


Paper Mario - Bioman edition (avec une épée badass dedans!)


Non non, même si je suis sûr et certain que vous vous posez cette question à l'instant, je ne prends pas de substances douteuses pour trouver mes titres (ou alors le Red Bull malaisien fait vraiment effet...), et d'ailleurs les connaisseurs du jeu en question auront déjà fait le rapprochement au vu des screens de ce test, car c'est au niveau esthétique que ça se passe.

Plutôt que de devoir choisir entre une 2D fidèle à ses origines et une 3D qui pète partout, Capcom ne cherche pas à comprendre : ce sera les deux à la fois! Alors que notre héros ainsi que la plupart des troufions d'en face sont en 2D, les boss et les environnements sont en 3D intégrale, même si le gameplay de Strider 2 s'en tient à deux dimensions. Graphiquement le concept se défend, même si le traitement de faveur est plutôt inégal, entre des sprites vraiment réussis et colorés (comme quoi la Playstation sait faire autre chose que de la 3D!), et des arrière-plans en polygones plutôt inégaux, oscillants entre un niveau 1 franchement moyen et les deux derniers bien plus convaincants.


(...et ils n'aiment toujours pas le ski. Ils préfèrent semer des mines, c'est plus drôle.)

En soi, adopter le choix des environnements 3D n'a aucune influence sur le gameplay en lui-même, mais les développeurs n'hésitent pas à profiter de cette troisième dimension malgré tout. Ca n'a pas l'air de grand-chose, mais le simple fait de tourner dans un couloir, de gravir un mur ou de graviter autour d'un boss ne donne plus la même impression qu'avec une 2D classique. En tout cas, ce mélange des genres aide vraiment à donner un cachet unique à ce Strider, un peu comme son prédécesseur l'avait fait en son temps.

Musicalement aussi ça ne se défend pas trop mal, les principaux thèmes du premiers opus en version revisitée comme les musiques originales font leur part du boulot sans trop de souci. Je dois avouer que dans le feu de l'action on n'a pas vraiment le temps d'en profiter, mais il faut bien en parler! Les bruitages aussi sont sympas, même s'il vaut mieux tout simplement couper le son si vous n'aimez pas le bruit du Cipher, parce que vous allez devoir spammer la touche d'attaque (ou enclencher le Rapid Fire dans les options, mais ça ne règle pas vraiment le problème) comme un bourrin pour survivre, jeu d'arcade oblige!


(pas de Strider sans niveaux à la gravité manipulée en permanence.)


Born a Ninja, die a ninja (même si un robot, ça peut pas mourir...)


En parlant de mourir, je dois parler du point "bizarre" de Strider. Pas spécialement mauvais (au contraire), mais plutôt contre-nature pour un jeu d'arcade : ajouté à l'habituel réglage de la difficulté, vous pouvez aussi paramétrer à volonté la barre de vie de base d'Hiryu, afin de vous rendre dur à cuire, ou au contraire de vous faire crever au premier dégât encaissé. Mais le plus étrange, c'est que...vous bénéficiez automatiquement d'un nombre de vies illimités. Au fond c'est une bonne chose puisque cela permet d'arriver au bout du jeu sans trop de soucis, mais vu que cet élément ne peut pas être désactivé, les plus aguerris auront du mal à prendre le défi au sérieux sans l'idée d'avoir à serrer les fesses à mort pour arriver au bout du niveau ou dégotter un 1-Up salvateur. Mais bon, le combo difficulté max + vie minimale peut tout de même occuper de potentiels fous furieux, rassurez-vous.


(Morale de l'histoire : faut pas faire chier un Ninja, surtout quand il est bionique!)

Au final, que peut-on conclure des "nouvelles" aventures de ce brave Hiryu? Eh bien, je peux vous dire que Capcom ne s'est pas raté pour donner une suite à son ninja préféré (contrairement à d'autres, mais ça le billet bonus se chargera de l'expliquer, niark niark!), et qu'il remplit pleinement sa mission de défouloir immédiat, agréable et à la difficulté...variable. Bien sûr, les novices de l'Arcade se sentiront vite floués devant un jeu torché en une demi-heure montre en main, mais les plus chevronnés pourront trouver un défi à leur taille et des possibilités de scoring plutôt nombreuses, ce qui offre une replay value crédible pour qui veuille l'exploiter.

On peut lui reprocher ses Continues illimités et sa qualité graphique en dents de scie, mais Strider 2 est un jeu de qualité quoi qu'on en dise, digne d'un personnage qui mériterait peut-être un plus qu'un rôle de Guest pour jeux de combat... Allez, soyons fous, prions pour un futur Strider 3, et jusque-là on n'à qu'a casser du coco par paquet de 12!


NOTE FINALE : 14/20




Strider 2 (PS1) - Gameplay stage 1 par HUB-Cormag

8 commentaire(s) / Lire la suite

LE PIXEL VAINCRA !

pseudo

Edité par :
Cormag
Blog créé le 29/09/2009
95 billet(s) et 1117 commentaire(s)

 

Description du blog
Le Pixel continue le combat ici! http://www.gameblog.fr/blogs/cormag/

Informations sur l'auteur :
Univers : RPG
Disciple Disciple

Niveau 14
67390 point(s)
116e
Membre depuis : 29 septembre 2009 à 16h42
Dernière connexion : 25 octobre 2012 à 22h20
77 messages dans les forums (Chercher les messages)
4 test(s) (Consulter les tests)
16 définition(s) (Consulter les définitions)
32 ami(s) (Voir les amis)

 

Calendrier

<< Octobre >>
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Cliquez sur une date pour voir les billets postés ce jour

Les derniers commentaires

De Bogman le 14/03/2013 à 15h48
 met un lien vers ton nouveau blog.
De Bogman le 03/01/2013 à 10h56
 à défaut de chat à la fraise, bonne année 2013.
De Bogman le 08/10/2012 à 13h25
 faudrait déjà que j'installe le 2

Archives

  • Décembre 2013
  • Novembre 2013
  • Octobre 2013
  • Septembre 2013
  • Août 2013
  • Juillet 2013
  • Juin 2013
  • Mai 2013
  • Avril 2013
  • Mars 2013
  • Février 2013
  • Janvier 2013
 

Syndication